tramways du Lot-et-Garonne

Pour commencer à créer votre page, cliquez ici et entrez votre texte

Historique:

Le tramway du lot-et-garonne doit principalement son existence au fait que les grands réseaux on délaissé certaines régions, le département du lot-et-garonne s'intéresse donc, mais assez tard, au dévelopement d'un réseau ferroviaires a voie étroite visant a désservir ces territoires laisse de coté par les grandes lignes.Le premier avant projet est déposée en 1899, aprés de nombreuses modifications et péripeties en tout genre, le projet définitif, comptant 9 lignes pour 280 KM, est adopté en 1902, mais la concession n'est accordé a Mr brancion qu'en  1908, la meme année est crée la "compagnie des chemins de fer du midi de la france (MF), qui se substitue au concessionaire primitif, les travaux commencérent en 1909, au début ils avancérent assez rapidement mais ralentirent trés vite, mais trés vite la compagnie fut en proie a des difficulté financiére,une enquéte de police fut meme ouverte, toutefois les travaux se poursuivirent et la ligne vers Villeréal fut ouverte en 1911, mais inquiet de cette situation catastrophique, enormement de retart, le departement fit intervenir le ministere des travaux publics, le département racheta le réseau en 1913 et le mis sous séquestre j'usqu'en 1914 date a laquelle il trouva un nouveau fermier, en la personne de Mr Ortal et Lagueyte qui gardait la garantie financiére de la compagnie du midi, le séquestre fut levé en Mai 1914, avec la nouvelle société la situation s'arrangea, mais survint la guerre qui brisa net ce nouveau départ, les travaux reprirent donc mais au ralenti et le trafic fut reduit sur les lignes exploitées, les lignes vers Sos et Tombeboeuf n'ouvrirent qu'en 1917, mais furent isolée l'une de l'autre  par la non constuction d'un pont sur la Garonne a Tonneins, le parc materiel deja fort reduit, il n'y eu bientot plus de locomotive vers Tombeboeuf, au vu du trafic trés faible, cela n'etait pas bien grave, mais l'armée en profita pour réquisitionner la voie et la deposé en juin 1918, la guerre finit la repose de la voie de Tombeboeuf fut fait en 1920, la cotinuation des travaux sur les trois lignes et l'exploitation de celle-ci dut s'adapter aux nouvelles donne économiques, les travaux sur les autres lignes prévues furent finalement abandonné, en 1923 la societe des voies férré départementale du midi de la france (filliale de la Cie du midi), se substitua a la société Ortal, et ce fut l'extension maximale du réseau qui est exploité au rythme de 2 A/R par jour, en Mai 1922 le trafic fut interrompu sur la ligne de Sos a cause des incendies de foret, dans le passé quelques feu avait été déclaré aprés le passage des locomotives, il fut donc decidée d'acheter des automotrices qui pouvaient trés bien s'accomoder du faible trafic et donc supprimer le risque de feu, elle ne fut opérationelle qu'en 1924, en 1923 les ponts sur le lot et la garonne furent achevé, ce qui permit de créer un réseau cohérene et de centraliser le trafic, les travaux se poursuivirent afin d'achever les lignes deja existentes, ces travaux consistaient surtout a des raccordements, finition de la ligne entre Tombebeouf et Beauregard ou transbordements avec le PO ou le Midi, mais déja le réseau est moribond, le trafic routier devint trés concurentiel, du surtout au fait d'une trés mauvaise exploitation, le déficit ne cessait de se creuser depuis les année 20, la contribution du département augmenta sans cesse, le trafic fut donc substituer des trains aux autobus de la STAM (filiale de la compagnie du midi), le trafic des marchandise transporté par le rail s'effondra a son tour, en 1933 plus aucune circulation par rail ne fut plus éffectué, ce qui scella définitivement la mort du réseau cette meme anee, le dernier tronçon de ligne ouvrit en 1925 (8 ans d'exploitation). Si la ligne de Villeréal connut trois désserte quotidienne, la ligne de Sos n'en eu qu'une, c'est dire le trés faible trafic, a partir de 1924 le trafic fut assuré sur cette ligne par automotrice, la ligne de Tombebeouf fut desservi par 3 desserte par semaine 2 A/R le samedi et des facultatifs les jours de foire, en 1927 la ligne fut prolongée j'usqua Beauregart et eu 2 A/R quotidien, le personnel a l'apogée du réseau en 1927 eu 89 employé ce chiffre chuta pour atteindre 47 a la fermeture en 1933, les resultats d'exploitations atteignirent un sommet catastrophique dés les années 20 avec plus d'un million de déficit par an, a noter une trés légére amélioration en 1932, la meilleure année les voyageurs ne furent qu'a peine plus de 100 000 en 1927, pour chuter a 66 000 en 1932, pas beaucoup mieux pour les marchadises avec un maximum de 10 327 tonnes en 1929, le matériel de traction compta 12 machines des types 030 et 130, des trois concessions différentes et 1 automotrices construite par la societe Horme-et-buire a Lyon, un parc d'une trentaine de voitures voyageurs avec 10 fourgons et un parc de 130 wagons marchandises.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×