les tramways de Pau

Avec l'arrivé du chemin de fer a Pau en 1863, et la possibilité de grands voyages, il ne s' offre au Palois que deux possibilité de transport urbains, les voitures de places , au nombre d' une cinquantaine, et les voitures de remise a emprunter directement au domicile du proprietaire, une liste est disponible chez les commerçant., mais les tarifs relativement élévés contraigne certains a la marche a pied, ce qui n'est pas chose aisé dans une ville aux fortes déclivité. Ce n'est qu'au début des annees 1880 qu' une pétition est envoyé a la mairie demandant la création d' un service d'Omnibus, une dizaine de concessionaire se présente alors, ce n'est que l'embarras du choix pour la ville. Au final seul deux furent retenus, mais le projet du "colonel Sancery" fut finalement retenu. Ce reseau d'omnibus a cheval comportait 8 lignes, ce nombre trop important fut reduit de moitié, mais déja l'idée d'un tramway faisait son chemin. En 1897 la SBTU (societe béarnaise des tramways urbains), fut crée en substitution du concessionaire primitif, l'exploitation des lignes commenca le 5 juin 1897,bientot le matériel s' avera en nombre insuffisant et cela s'en ressenti sur le trafic, la SBTU demanda la suppression des lignes les moins rentable afin de concentrer le matériel existant sur les autres, mai hélas cela ne suffit pas, la SBTU demanda donc une modificatio de la convention initiale, dont le remplacement des omnibus par des tramways et la limitation a trois lignes), dans le méme temps la SBTU, qui était controlé par la CNU qui fut absorbé par la société l'Omnium lyonnais, son siége social fut en conséquence déplacé de Paris a Lyon. En 1898 un tramway départemental (POM) fut crée, et une de ses lignes emprutait plusieurs sections du tramways urbains, aucun accord n'ayant été trouvé quand a l' utilisation commune d' une seule voie, il fut donc toléré la pose de deux voies, toutes les deux a l'écartement métrique, la SBTU fut meme contraint d' abandonner un tronçon, mais cela fut compensé par la prolongation d' une autre ligne. La pose des voies, des installations et de l'usine de production éléctrique allant rapidement (terminee en avril 1900), l'exploitation put finalement commencé sur une ligne en septembre 1900 au moyen de trois engins enfin livré, en Octobre d' autres voitures furent enfin livrées ce qui permit le 21 de ce méme mois l'ouverture du reste du réseau. En novembre 1900, le réseau des omnibus fut définitivement supprimé et le matériel vendus (ce qui ne suffit meme pas a combler le déficit), la premiere année d'exploitation des tramways fut un réel succé avec 1 800 000 voyageurs

img045.jpg

 Les premiéres anées il n'y eu pas d' accident majeur (quelques petits accrochages) mis a part a la crois du prince" un accident assez spectaculaire avec un train des POM, a la suite duquel il fut décidé que les trains départementaux avaient priorité absolue. Dés 1903, la compagnie s'aperçue que le fonctionnement de l' usine de productio éléctrique de Bois louis revenait trop cher et passa donc un contrat de fourniture d' électricité avec la société éléctrique des pyrénées, la production de l' usine de Bois louis cessa en 1905 et le matériel fut vendus quelques années plus tard.Suite a l'augmentation du trafic, la compagnie fut contrainte d' acheter deux balladeus, qui auparavent été loués), puis de quatre autres. Depuis 1908 il était question de l' ouverture d'une ligne allant de Pau a Sault-de-navailles par la compagnie chalosse-béarn, la ligne devant emprunté en partie celle des tramays urbains, la ligne décarée d'utilité publique en 1914, les travaux commencérent aussitot et entrainérent quelques perturbations, plus tard un service suburbains fut mis en place par les POM, en effet la ligne n' ayant jamais dépassé la halte de l'aviation, pour des raisons pratiques la compagnie CB en a rétrocédé l' exploitation au POM.

img046-1.jpg

 Aprés la guerre le trafic étant toujours le méme, la ville envisagea un prolongement des lignes vers Jurancon et gelos, projet que la compagnie refusa de prendre a sa charge pour des raisons financiéres, ses moyens n' étant pas illimités, bien au contraire, elle préféra se concentrer sur les entretiens les plus urgents, la guerre ayant entrainé quelques retard sur l'entretien. Mais face a cette situation catastrophique la ville décida de racheter le réseau et aprés un appel d'offres en confia la gestion a la SBTU (en 1931) qui devint par la suite la SBTA, et commenca la conversion du réseau pour des autobus et commenca donc a arracher les rails par petits tronçon, cela dura j'usquen 1979 et la création de l'actuell STAP.

Le siége social initialement implanté a Paris, fut aprés le rachat par l' Omnium lyonnais, déplacé a Lyon, puis de nouveau a paris, le service local fut quand a lui installé dans les batiments situés a Bois-louis. Le personnel culmina quand a lui a 75 personnes en 1927, a savoir que le réseaux a toujours été bénéficiaire, mais au détriment  de l' entretien. le nombre de passagers fut dés la premiére année de 1 800 000 et ne fit que croitre j' usquen 1927 avant de légérement décliner puis de se stabiliser.

Les motrices au nombre de 14, étaint a 2 essieu et toutes équipées d'un moteur de 25 CV et de 60 places assis ou debout et pour finir construite par la société SACM de Belfort.

LE FUNICULAIRE DE PAU:

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×