le réseau basque

1) Le tramway d'Hendaye: Aprés une 1e concession (aucune réalisaion), accordé par la ville, une seconde verra la réalisation d'une voie ferrée de 3 Km de long et a l'écartement de 0,60 m, entre la gare Midi et le casino avec traversée de la ville. Le matériel prevue pour equiper cette ligne conprend de petites locomoives Decauville ainsi qu'une Automotrice a pétrole avec une voiture.Mais assez rapidement l'exploitant se voit accorder par le conseil municipal le droit de construire et exploiter un tramway élèctrique et a voie métrique en 1908, suivant un tracé legerement différent du premier, cette situation qui ete en fait provisoire ne fut définitivement régulariser qu'en 1913, Le matériel prevue dans le cahier des charges comprenait 3 automotrices élèctriques, 3 remorques ainsi que 2 automorices a moteur mécanique pourparer aux éventuelles pannes, le tracé long de 2815 métres équipé de rails Vignolles de 20 kilos par métre et Broca de 36 kg/m, le courant est fourni par la sous-statio espagnole du "topo" (ligne de Hendaye a Saint-sébastien), de "Rentaria", plusieurs projet dont celui de raccordement avec les tramways d'Irun n'aboutiren pas.

Suite a la concession accordé par le département aux VFDM , pour une ligne cotiére, cette derniére finit par racheter le réseaux, a condition d'apporter certaine modification(renouvellement de la voie, doublement des fils de trolley, construction d'une sous-station, modification sur le matériel roulant)

l'exploitation VFDM commence en 1924, avec le matériel existants, mais la modification de la tension élèctrique passant 500 a 675 volts (suite a l'ouverture de la nouvelle sous-station), provoque le claquage des moteurs qui durent etre tous rebobinés dans les ateliers de Ciboure.

Ce n'est qu'en 1925 que les 2 réseau sont enfin réunis, entrainant la fermeture du dépot "d'ondaraitz" des tramways d'hendaye au profit de celui des VFDM situés a Ciboure.

A partir des années 30, le deficit ne cessa de grandir, suite au refus de la ville de prendre en charge une partie du deficit, les Vfdm résteignirent fortement les circulations et finalement suite a une demande des VFDM l'exploitation prit fin en janvier 1937.

2) Les VFDM

C'est en 1912 que la ligne est déclarée d'utilité publique et est concédée au département qui le rétrocédent a MM Ader,Giros et Loucheur, le matériel comprendra 13 motrices a 4 essieux, 7 a 2 essieux,4 tracteurs a marchandises6 fourgons,28 voitures et 50 wagons a marchandises, la voie sera métrique et le réseaux serra élècrifié.

Les rétrocessionnaire se constituent en sociétè (la sociéte anonyme des chemins de fer basques) en 1913, qui en 1914 prendra le nom de Voies ferrée départementale du midi, en raison d'aures concessions (lot et garonne ...).

Les travaux commencent dés 1913, déja en retard la guerre stoppe tout, en 1918 l'autorité militaire réquisiionnent un certains nombre de rails, qui ne seront reposé qu'en 1921 par les VFDM, suite a l'augmentation du cout de la vie et pour continuer les travaux le capital dut etre augmenté a 32 millions (capital de départ 19,5 millions en 1919, au final 33,4 millions en 1924 par le rachat des tramways d'Hendaye).

En 1925, les travaux sont enfin achevés sur la ligne du littoral, la ligne de ceinture de Biarritz ne sera ouverte au trafic qu'en 1927.Diverse modificaion durent etre réalisé en raison de l'instabillié du terrain suite a la réalisation des tranchées,la voie étant prévue en corniche dut etre realisé en accotement des routes, ce qui était préjudiciable car ce tramway était principalemen a vocation touristique.

Dés 1930 le le réseaux est en proie a de grosses difficultés financiére, due notemment a la concurence automobile et a l'énorme surcout de la construction 42 millions au lieu de 15,7 millions prévu avant 1914.

Des mesures s'impose réduisant fortement le trafic et une profonde réorganisation (réduction des effectifs ...), malgré toue les mesures prises et le refus d'aide de la part du Conseil general la fermeure partielle survint en 1935 et TOTALE en 1939.

Un temps envisagé par la compagnie du midi la liaison vers Hasparren et Cambo a partir de la ligne récement ouverte de Bayonne a St-jean-pied-de-port, fu jugée d'un cout rop important et peu rentable, lui fut donc substitué une ligne a voie étroite entre St-jean-de-luz a Peyrehorade et d'une longueur de 74 km, malgré des etudes trés avancées et un début de travaux la ligne ne fut achevée que j'usqua Ascain et tous travaux au dela de cette localité furent definitivement abandonnés en 1927 au grand dam des VFDM qui avaient approvisionnes le chantier en rails, ballast et traverses sur la totalité du parcours, ils furent bien evidemment rembousé par les département concernés

En 1909 les VFDM émettent l'idéee d'une ligne de Saint-palais a st-jean-pied de port, la compagnie du midi qui se montre evidemment interessée par ce projet de ligne de 40 km, accorde  sa garantie, le projet fut déclarée d'utilité publique. En 1927, la voie n'est posée que j'usqua Mendive soit 6,5 km ainsi quue les support d'alimentation, la meme année les travaux sont définitivement arrete au dela de l'embranchement de St jean le vieux vers St-palais, l'embanchement vers Mendive sera loué a une entreprise forestiére, qui exploitera le tronçon avec 2 locomotives et fermera en 1935.

Un projet de chemin de fer a crémaillére jusqu'au sommet de la Rhune (montagne sacrée des basques), est proposé par les VFDM en 1909, ce projet est accepté par les communes concernées (ascain et sare) et est déclarée d'utilité publique, la compagnie du midi accorde sa garantie d'interet, la voie sera a l'ecartement métrique, sera élèctrifié. En 1914, la voie es posée j'usquau 3 fontaines et en 1924 j'usquau sommet A cause de la crise economique en 1930, la ligne est menacée de fermeture en 1935, mais suite a des protestations un trafic restrein est maintenu, pendant l'occupation les allemands installent un poste d'observation au sommet, aujourd'hui la ligne est toujours en activité pour le tourisme et le service de l'émetteur TDF situé au sommet.

En 1924 , les trains circulent entre St jean de luz et St ignace(par Ascain) puis un peu plus tard St ignace Sare, soit 15 km. Trés vite la ligne est en proie a des difficultés financiére et ferme definitivement le 1e janvier 1937.

La longueur totale des lignes est pour la ligne coiére de 39,5 km, ceinture de Biarritz 3,7 km,Saint jean de luz a Sare 7,7 km.

Le depot central  est installé a Ciboure.

Pour la production electrique 2 usines de production sont installé a Licq-atherey et Banca,  5 a 6 sous-stations sont installé sur tout le reseau, mais suite a la non réalisation de plusieurs lignes la production de courant devient excedentaire il fut donc decide de revendre l'excedent, mais la tension de 25 hertz etant difficilemen vendable on decida de faire basculer tout le réseau sur une tension de 50 hertz

Sur le réseau le trafic des marchandises ne fut jamais trés important.

img011.jpg     img014.jpg

img015.jpg

 

3)BAB

En 1874, le projet de relier Bayonne a Biarritz, fut proposé par mr Ardoin La nouvelle ligne fut concédé a la Société du chemin de fer de Bayonne a Biarritz et Anglet (BAB),le projet fut déclaré d'utilité pubique par le maréchal Mac-mahon alors président de la république en 1874, fut réalisé a voie normale et ouvrit en juin 1877, longue de 8 kilométre et a écartement normal,initialement exploité a vec la traction vapeur elle fut coverti a l'électrique en 1922, il finira par succomber en 1952 

 

img010.jpg

 img013.jpgimg012.jpg

4)BLB, le tramway de Bayonne au lycée Marracqu et a Biarritz

Le projet fut présenté en 1880 par le financier belge et directeur de la compagnie du midi, Edouard empain, déclaré d'utilité publique en 1885 par Jules grévy, il fut mis en service en Aout 1888, le tracé long de 11 kilométres fut établie ae voie métrique, le réseau d' abord exploité avec la traction vapeur puis a partir de 1914, il est converti a la traction éléctrique,avec la guerre et la disparitio des vehicules automobiles, un sursis leur est accordé mais avec la réapparition de ceux-ci, la concurrence aura raison de ce réseau urbain et il finira par fermer en 1948.

img016.jpgPlan du réseau basque, tel qu'il aurait du etre

 

Commentaires (3)

1. Egurbide 13/01/2015

Bonsoir,
La ligne St Palais St JPPort était prévue de passer à Larribar: un pont avait été même construit sur la Bidouze en amont de celui de Quinquil.
Pourriez-vous nous donner les détails de cette construction.
Quel était le tracé exact de la ligne prévue ? Y a t-il d'autres traces localement ?
Où peut-on trouver explications ?
Merci bien d'avance.

2. EGURBIDE 13/01/2015

Peut on avoir sur la ligne tramway St Palais St JPPort des précisions supplémentaires, notamment sur la construction du pont sur la Bidouze en amont de celui de Quinquil à Larribar, le tracé précis, etc.
Merci d'avance pour votre réponse.
JLE

3. HEUGUEROT 21/03/2016

Bonjour,
je viens de lire le commentaire de Egurbide et je suis également intéressé par plus de précisions sur la ligne St palais St jean pied de port déclarée d'utilité publique en 1912. Y a t il moyen d'obtenir le tracé exact? Les travaux ont été arrêté du fait de la 1ère guerre mondiale?
Merci d avance

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site