tramway Bordeaux a Cadillac (33)

 

Historique:

L' existence du tramway de Cadillac est surtout du au fait de la volonté de combler un manque dans la désserte de l'aglomération Bordelaise, en effet la rive droite de la garonne trés peuplée, est trés mal désservis, un  premier espoir nait avec la decision d'ouvrir une ligne de Bordeaux a Séte, mais cet espoir fut déçu avec l'ouverture du premier tronçon j'usqua Langon en 1855, un second espoir, lui aussi déçu avec la ligne de Bordeaux a La sauve, mais si le tracé commence par longeait la rive droite celui-ci s'en ecarte trés vite, mais enfin aprés maintes péripétie la concession pour un tramway reliant Bordeaux a Cadillac, fut accordé en 1890 a Mr Emile Faugére, pas un inconnu dans ce Département. Dans un premier temps il fut envisager de construire la voie avec un écartement de 75 centimétres et d'emprunter en partie la plate-forme de la ligne de la Sauve, tout cela ayant étè refusé, il fut choisi finalement un écartement de 1 métres, dés 1894, les travaux commencérent, il ne présente aucune difficultés particuliére, en dehors du renforcement des ponts routiers, car le tramway est établi pricipalement en accotements, la ligne fut ouverte en Avril 1897.

Exploitation:

dés le début de l'exploitation on s'aperçu que les prévisions de trafic avaient étè grandement sous-estimées, en effet avec plus de 300 000 passagers et 13 000 tonnes de marchandises elles s'avererent nettement supérieures, il fallut donc mettre de nouveaux trains en route et commander de nouveaux matériels, en 1901, fut constitué la "compagnie des tramways de Bordeaux a Cadillac", le trafic quand a lui atteigni 14 allers retours par jour j'usqu'a la veille de la premiére guerre mondiale, pendant laquelle il fut nettement diminué, aprés la guerre ils réaugmentérent mais n' égalérent jamais le trafic d'avant-guerre, en effet bien des choses avaient changé, le tramway s'arreta définitivement en 1934.

Le personnel atteignit un maximum de 105 personnes en 1910, a partir de la période d'aprés-guerre les résultats d'éxploitation, qui avait étè j'usque-la nettement excedentaires, furent a partir des années 20, en déficit permanent le déficit se creusa trés rapidement j'usqua atteindre  prés de 800 000 francs en 1932, ce qui motiva une fermeture prématurée pour cette ligne que je trouve etre a fort potentiel, je pense aussi qu'avec une meilleure gestion la ligne aurait put durer un peu plus longtemps.

Matériels:

Les lcomotives au nombre de treize sont toutes dutype 54 ou 54bis (sauf les engins de chantier du type 65 et 88), et viennent des chantiers Blanc-misseron pour 7, Ateliers méttalurgique de Tubize pour 2, et enfin 2 des chantier Kessler esslingen, les engins de de chantier viennent quand a eux des chantiers Fives Lille et Schneider, a préciserque en 1906 une automotrice fut essayé, mais ne réussit pas a convaincre les décideurs.

Ils semblrait que 28 voitures de trois types différent aient été utilisé sur le réseaux ainsi que 5 fourgon, le tout livré en plusieurs fois, quand au matériels déstnés aux marchandises il comprenait une soixantaine de wagons de trois types (covers, tombereau et plateformes), livrées eux aussi en plusieurs fois. Dés que le trafic le permettait plusieurs unités furent prétés notamment au réseaux de l' anjou. Pratiquement tout ce matériel fut détruit dés 1936.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site