historique du réseaux des landes

1415239014-reseau-des-vfl-en-2000-copie-jpg-1.jpg         93747414lt-n-20-franchissant-un-courant-photo-f-fenino-lvdr-n-879-janvier-1963-jpg-1.jpg    sabres-marqueze024-3.jpgC'est peu avant la 1e guerre mondiale que le réseau ferré landais atteint son developement maximal avec prés de mille kilometres (le plus fort kilométrage de rails par habitant), Au départ, suite a une initiative privé un vaste réseau de lignes a rail de bois fut ainsi crée afin de palier au manque de route carrossable, aisi certaines de ces lignes furent a vocations industrielle (l'idée de départ), mais vinrent se rajouter des services voyageurs, d'autres lignes ne furent crée uniquement pour permettre la construction des routes agricoles aisi que des voies ferrée, la traction etait assuré par des animaux, de un a deux, ce systéme apparu vers 1840 et malgré quelque tentatives de modernisations finirent par disparaitre au cours des années 1870.

 

C'est aucours de l'année 1842 que fut voté une loi impériale que fut crée les grandes compagnies concessionnaires, que le réseaux national put commencé a prendre forme, pour le grand sud-ouest ce fut la compagnie du midi des fréres "Pereire", qui eu la charge du developpement du réseau ferroviaire,la premiére ligne crée fut le grand axe Bordeaux Dax.En effet a partir de la ligne déja construite de la défunte compagnie de Bordeaux a La teste, il fut décidé de continuer vers Dax et Bayonne, la principale difficulté de ce parcours au demeurant fort simple, fut la traversée d'une région quasi désertique et insalubre (le plateau landais), en effet tout le ravitaillement devait etre ammené de Bordeaux, et les fiévres faisait des ravages parmi les ouvriers. Malgré tout et au but d'enorme difficulté la ligne parvint enfin a Dax , ville a partir de laquelle les conditions devinrent bien plus normale. La voie ferrée fut enfin ouverte en aout 1864 entre Bordeaux et Dax, et en Mars 1855 entre Dax et Bayonne.Mars 1863 entre Dax et Puyoo.

 En 1879 fut voté une loi (le plan Freycinet), visant a organiser les chemins de fer francais, en méme tenps les necessitées d'exploitation de la foret landaise se firent jour, plusieurs lignes furent ainsi crées (prés de 400 Km), les lignes se détachant de part et d'autres de la grande ligne Bordeaux-Dax,un peu comme une arréte de poissons, et administrées par plusieurs compagnie (cie Born et Marensin,CFIL, Compagnie de Soustons a Léon), puis a partir de 1916 par une seule compagnie (Voies ferrée des landes).

Voici ces differentes lignes en remontant du sud vers le nord:

-La ligne Labenne a Seignosse,longue de 16,650 KM, la ligne fut ouverte par la compagnie du born et du Marensin, a l'exploitation en février 1912, le début de l'exploitation il fut mis en place 2 a/r quotidien qui devant le succé rencontré dut trés vite etre renforcé et mis en correpondance en gare de Labenne avec les trains de la "compagnie du midi", pendnt la grande guerre et comme partout en france, le services dut etre reduit a cause de nombreuses difficulté(réduction de personnel, mnque de charbon ....). En 1929, une filiale de la compagnie du midi, la STAM (transports routiers), demande l'autorisation d'exploiter l meme ligne, mais le train garda tout de meme sa compétitivité, mais céde petit a petit du terrain aux transports routiers, entrainant la fermeture aux voyageurs en Mai 1939, le trafic fut réactivé pendant l'occupation et ce jusqu'en décembre 1939 pour une fermeture définitive aux voyageurs, le trafic marchandises survécu quelques temps pour cesser en Mars 1957, la ligne Labenne-Seignosse avait vécu.Gares et arret:Labenne PK 0, Labenne-ville PK 1, Capbreton PK  9, Hossegor PK 11,Soorts PK 14,Seignosse PK 17

-Ligne St-vincent-de-tyrosse Sustons Léon, logue de 34,300 KM fut ouverte en 2 fois, St-vincent-de-tyrosse a Soustons par la compagnie CFIL (compagnie férroviaire d'interet local des landes 11,8 KM), le fut enJuin 1891. Le tronçon de Soustons a Léon le fut quand a lui ouvert par, la compagnie de Soustons a Léon, en juin 1904. Pendant la 1e gerre et comme sur beaucoup de lignes le trafic est réduit, pou redevenir petit a petit a la normale, preillement a d'autres lignes du réseaux il est décidé l'arret de l'exploitation voyageurs le 31 mars 1939, mais la guerre lui accorde un répit d'une dizaine d'années la fermeture définitive aux voyageurs intrvint le 17 decembre 1949, le services marchandises survit quand a lui jusqu'au 1e juillet 1969. Les gares et arret sont Tyrosse PK 0, Tosse PK 4,1,rret de Hardy PK 8,2, Soustons PK 11,8, arret de Bayonnais PK18,8, Vieux-boucau PK 21,3, Messanges PK 24,8, halte de Moliéts PK 29,1, Léon PK 34,3.

-Ligne Dax-Magescq-Azur, longue de 29 kilométres fut ouverte par la compagnie Born et Marensin en décembre 1910, elle fut exploitée a partir de janvier 1911,comme sur la plupart des lignes par 2 allers retours, trajet qui dure en moyenne 1h25 pour un aller complet, ces dispositions résterent a peu pres les memes jusqu'a la fermeture aux voyageurs en Mars 1939, la 2e guerre vit la aussi la réouverture du trfic voyageurs, au conditions imposées par l'occupant, un seul train mixte (marchandises-voyageurs) et prés de deux heures pour rejoidre le terminus, comme sur tout le réseau l'arret définitif aux voyageurs vint le 17 décembre 1949, le services marchandises disparaitra a son tour le 1e juillet 1969, jusqu'en 1999 subsistera un tronçon de 2 KM jusqu'a l'EP Socomaf et gérée par VFLI, le dernier tronçon de 150 métres et servant au garage des locotracteurs a livré rouge des VFL le sera en 2002, aujourd'hui in ne reste plus que l'enbranchement en sortie de la gare de Dax, et la plupart des batiments. Gares et arret: Dax PK 0, halte de Candale PK 10, Herm PK 14, Magescq PK 21, halte de Larraou PK 25, Azur PK 29.

-Ligne Laluque Tartas, longue de 13,6 KM, est ouverte en octobre 1890 par la CFIL des Landes, l'ouverture aux trafic se fait en octobre de la meme année. Comme sur beaucoup de lignes du réseaux des landes se fait par deux allers retours quotidien, le trajet dure environ 47 minutes, un 3e A/R vas tres vite se rajouter avant un baisse a partir de 1919, jusqua la supression du trafic voyageurs en 1939, puis la réouverture du a l'occupation, mais cela n'est que temporaire et ferme totalement u trafic voyageurs en 1949. Aujourd'hui la ligne est toujours ouverte au traafics marchandises assuré par VFLI et au profit principalement des papéterie du groupe canadien Tembec, mais aussi du silo "Maisadour" et l'évacuation du bois de tempete au profit d'autres papeteries du groupe, en 1994 la section terminale de Tartas, ainsi que le BV sont rasée.

dscn0114.jpg  sdc12820.jpg  ancien atelier VFL, repris par VFLI  gare de Lesgor 

gares: Laluque PK 0, Lesgor PK 7,4, Bégaar PK 10,3, Tartas PK 13,6

-Ligne Laluque St-girons, longue de 35 KM est concédée en 2 tronçons et a 2 époque différentes, Laluque a Linxe 26,3 KM en 1890 par  la CFIL des landes, Linxe a St-girons l'est a son tour par la compagnie Born et Marensin en octobre 1909, exploitees de la meme maniére que les autres lignes du réseaux, la ligne est épargnée par la vague de fermeture en 1939, mai le trafic voyageurs est supprimé le 17 décembre 1949. Le 1e seeptembre 1979, le services des marchandises est definitivement supprimé entre Laluque-boos et St-girons, les 5,2 KM entre Laluque-midi et Laluque-boos reste ouvert au profit des mines de lignites le sera en avril 1989

sdc12799.jpg  sdc12809.jpgsdc12801.jpg

Les gares et haltes: Laluque-boos PK 4,2, Taller PK 10,697, Castets PK 17,6, Linxe PK 26,3, Vielle PK 32, St-girons PK 35

-Ligne Morcenx Sidéres Lit-et-Mixe, la ligne de 33,900 KM est concédée en deux fois,le tronçon Morcenx-Uza (29,1) est concédée a la CFIL de Landes, et est  mise en service en juillet 1889, la section terminale de 4,8 KM est concédé a la compagnie Born et Marensin et est récéptionné en 1908, l'exploitation voyageurs se fait au rythme de deux allers retours quotidien jusqu'a la fermeture en mars 1939, mais grace a l'occupation la ligne est réouverte temporairement jusqu'en 1949, pour une fermeture definitive, le trafic marchandise est quand a lui supprimé le 1e juillet 1969.

gares et haltes: Morcenx PK 0, Sindéres PK 6,4, Le buscat-souquet PK 11,9, Levignacq PK 18,Uza PK 29,1, Lit-et-mixe PK 33,9

-Ligne Morcenx Mezos St-julien-en-born, longue  de 29 KM, est concedee elle aussi en deux tronçons, Morcenx a Mezos est concédée a la CFIL des Landes et est ouverte  le 21 juillet 1889, le prolongement de Mézos a St-julien (5,725 Km), est quand a lui concédé a la compagnie Born et Marensin, pour une ouverture le 12 aout 1909, la ligne en tronc commmun avec la précédente, la bifurcation se faisant a Sindéres, l'exploitation se fait comme sur la ligne d'Uza, avec, dans les premiers temps une correspondance a Sindéres pour aller versSt-julien, le services des voyageurs est supprimé en 1939, mais la guerre suivi de l'occupation le services est maintenue, comme sur la plupart des lignes, pour etre definitivement supprimé  le 17 décembre 1949 pour les voyageurs et le 1e juillet 1969 pour les marchandises.

Gares et haltes: Morcenx-midi PK 0, Sindéres PK 6,4 (bifurcation vers Lit-et-mixe), Laharie PK 9,8, Onesse PK 15,1, Mézos PK 22,9, St-julien-en-born PK 29.

Ligne LabouHeyre-Escource-Bias, cette ligne de 28 Km,a étè concédee en 1905 a la compagnie Born et Marensin, les travaux commencérent immédiatement, la mise en services intervint le 12 juin 1910. La ligne est exploitee comme les autres lignes du réseaux, au moyen de deux allers retours quotidien, la convention du 31 mars 1939 consacre, comme sur plusieurs autres lignes, la fermeture du services voyageurs mais la aussi l'occupation allemande lui rend sa clientéle, pour finalement une fermeture définitive en 1949, le service des marchandises ne ferme que vingts ans plus tard.

Gares et haltes: Labouheyre PK 0, halte d'angoulins PK 9, Escource PK 12, Jouanicot PK 17, Halte de lissacq PK 22, Bias PK 28

-Ligne Labouheyre Sabres, cette ligne longue de prés de 19 kilométres, a étè concédée en 1878 a la compagnie CFIL des landes, et est ouverte a l'éxploitation  le 21 avril 1890,l'exploitation voyageurs se fera conformément a celui en vigueur sur les autres lignes, jusqu'a la fermeture de 1939, puis la réouverture quelques mois plus tard, puis la fermeture definitive le 13 mars 1949, le  services des marchandises disparaitra a son tour  le 1e juillet 1969. Mais cette fermeture ne fut que de courte durée, en effet dans le cadre de l'aménagement touristiques du littoral aquitain, comme accés a l'ecomusée de Marquéze, d'abord de Sabres a Marquéze en 1970,puis 2 ans plus tard sur la totalité du parcours depuis Labouheyre-midi. C'est l'ABAC (association bordelaise des amis du chemin de fer), qui assurera l'exploitatin de la ligne, le département des landes, proprietaire de la ligne retrocede la concession au parc, mais suite a désaccord en 1990, entre l'ABAC et la direction du parc, celle-ci se retire et n'est conservé que la section de 4 kilométres entre Sabres et Marquéze.

gare de Sabres  vue generale  gare de Commensacq

Gares: Labouheyre PK 0, Commensacq PK 8,5,

Ligne Labouheyre Mimizan-plage, cette ligne  de 34 kilométres est concédée en deux parties a deux époques différente, la premiére entre Labouheyre et mimizan-bourg est concédée en 1878 a la compagnie CFIL des landes (27 Km), la partie terminale de 7 kilométres est concédée en 1905 a la compagnie Born et Marensin, sur la premiére partie les travaux débutent rapidement et la ligne est ouverte a l'exploitation le 3 juin 1890, quand a la section terminale elle le sera le 28 juin 1907. Le services voyageurs sera assuré par deux a quatre allers retours , la ligne sera épargné par la vague de fermeture de 1939, et le service sera assuré par autorail, le service voyageur sera suprimé definitivement le 1e avril 1960, la desserte marchandise sera assuré jusqu'a Mimizan-bel air, pour le compte des papéterie de gascogne j'usquan 1992, pou le reste entre Bel-air et la plage dés 1960.

Gares et haltes: Labouheyre PK 0, halte de Lue PK 6,2, Pontenx-les-forges PK 16,4, St-paul-en-born PK 20,7, halte d'Aureilhan PK 24,7, Mimizan-bourg PK 27,116, halte de Bel-air PK 29,9, Mimizan-plage PK 33,5, Mimizan-les-bains PK 34.

-Ligne Biscarosse-bourg Mimizan-plage, la ligne d'environ 27 kilométres est concédée en 1905 a la compagnie Born et Marensin,et mise en service le 26 avril 1909, la ligne est principalement conçue pour l'exploitation forestiére, traversant des zones quasi-dessertique le services voyageurs ne sera guére plus assuré que par un seul aller-retour quotidien, elle fermera aux voyageurs en 1939, et contrairement aux autres lignes elle ne sera pas réactivé pendant la guerre, le services marchandises sera supprimé le 1e mars 1957.

Gare et haltes: Biscarosse-bourg PK 0, halte de Naouas PK 6,2, halte de Jouangot PK 15,3, halte de Lamanchs PK 24,4, Mimizan-les-bains PK 28,8

-Ligne Ychoux Parentis Biscarosse-plage, cette ligne de 34 kilométres sera construite en trois fois et a trois époque differente, le 1e de Ychoux a Parentis-en-born  concede en 1878 a la CFIL des Landes, pour une exploitation a partir du 13 octobre 1890, le 2e entre Parentis-en-born et Biscarosse-bourg sera concédé en 1900, toujours a la CFIL des Landes pour une ouverture le 11 mars 1903 et enfin pour le dernier tronçon de 14 kilometres entre Biscarosse-bourg et Biscarosse-plage par Naouas, sera concedee a la compagnie Born et Marensin en 1905 pour une ouverture le 26 avril 1909, le services des voyageurs sera assuré par deux allers-retour quotidien et quelques services facultatifs, la ligne sera sauvée lors de la vague de fermeture de 1939, la ligne étant exploitée par autorails jusqu'en 1949, date de la suppression definitive du service voyageurs, le trafic de marchandises sera supprimé entre Parentis et Biscarossse le 31 décembre 1982, Ychoux Parentis bénéficira de la découverte en 1954 du pétrole a Parentis-en-born, mais sera finalement supprimé en 1989. Entre 1954 et 1958,date de l'ouverture du pipe-line entre Parentis et le Bec d'ambés, tout le pétrole sera expédié par la voi ferroviaire, il fallut meme reforcé la ligne et faire appel a des locomotives plus puissante (500 ch), venant des CE de gironde.

Gares et haltes:Ychoux PK 0, halte de Poms PK 4,9, Parentis-en-born PK 11,3, halte de Lahitte PK 15,2, Biscarosse-bourg PK 20,20, halte de Naouas (bifurcatipn vers Mimizan-plage), Biscarosse-plage PK 33

-Ychoux-Pissos-Moustey, cette ligne de 21,2 kilométres fut concédée en deux fois,le premier de Ychoux a Pissos a la CFIL des Landes fut concédé en 1878 pour une mises en exploitation le 13 octobre 1890, le second entre Pissos et Moustey concédé également a la CFIL des Landes en 1904 et ouvert le 10 aout 1905, le services voyageurs est la aussi assuré par deux allers retour quuotidien, mais sera ici aussi supprimé dés 1939, puis réouvert pendant la guerre pour etre definitivement fermé en 1949, pou les voyageurs et le 1e septembre 1979 entre Liposthey et Moustey, et toujours exploitée sur environ deux kilométres au départ d'Ychoux jusqu'a sa ZI.

Gares et haltes:Ychoux PK 0, Lipostey PK 5,9, Pissos PK 14,3, Moustey PK 21,2

-Ligne Margaux Ste-hélène, cette ligne d'une dizaine de kilométres, se trouvant en Gironde est initialement concedé a la compagniedu Médoc, avant d'etre retrocédé aux VFL le 1e décembre 1911, car cette ligne a ete declassé du réseaux d'interet général et reclassé dans le réseaux d'interet local, mais cette ligne se revélant particuliérement deficitaire elle fut férmée dés le 7 février 1934. Il restera jusqu'en 1978 une courte sections géré par les économique de la gironde entre Ste-hélene et une poudrerie.

Les gares sont Margaux, sur la ligne Bordeaux Le verdon, Avensan, Castelnau-médoc, la providence, Ste-hélene

Maintenant parlons un peu du matériel, qui était constitués de douze locomotives a vapeur du type 030T, c'est a dire a 3 essieux couplés, ces locomotives sont  dites "landes, il faut ajouter  4 autres locomotives également du type 030T de l'ancienne concession Born et Marensin, ces engins avaient une silouhette bien particuliére avec leur cheminées en "tromblon", c'est a dire "pare-etincelle", pour eviter de mettre le feu a la foret de "pins", trois autres locomotives ont étè loues a la compagnie du midi, il s'agissait d'engins du type 120, c'est a dire un essieu porteur et deux moteur, l'une d'elles est conservée au musée de Mulhouse, quand aux materiels remorqué il consistait en une trentaine de voitures voyageurs des deux classes ou comportant une partie fourgons,

Les Autorails, dans un but de modérnisation du réseau les "VFL" demandérent au departement des landes", l'achat d'autorails pour équiper les dérnieres lignes ouverte aux trafic voyageurs, 6 engins furent donc achetés et circulérent sur les lignes de Biscarosse et Mimizan, du type "De-dion bouton" a gazogéne a bois, fonctionnant au pins des landes, une remorque est également achetée pour la ligne de Mimizan.

Parlons enfin un peu de la traction diésel, a partir de 1953 et pour des raisons d'economie, mais aussi l'époque est a la diéselification, 8 engins sont pour la plupart construit a partir de chassis de locomotives vapeur, et d'une puissance allant jusqu'a 500 CV.

La création des VFL, eut lieu en juillet 1916, elle réunissait l'ensemble des lignes des trois compagnie (CFIL des landes, Born et marensin, Soustons a Léon)

Tout le réseau est établie a voie normale, unique et non-élèctrifié, d'autres part le relief trés facile a permis , avec un cout d'établissement trés faible la construction de toute ces lignes, comportant peu d'ouvrages d'art important et ayant demandé peu de terrassement.

Enfin dérniere chose, a l'occasion du rachat du réseaux des VFL, la SNCF vit la L'occasion de récuperer des clients precedemment perdue par une politique catastrophique, et créa donc VFLI service ferroviaire Low-cost pour le transport de fret.

 Le chemin de fer de Mont-de-marsan a Luxey, il semblerait que les premiéres etudes sur ce chemin de fer remonteraient a l'année 1885, en effet cette ligne permettrait la jonction avec le réseaux girondin tout en irriguant une grande partie du plateau landais, en 1901 le projet de Mr "pierre ortal", pour une ligne a écartement normal est retenu, les travaux démarrent de suite, et aprés quelque retard aprés un litige avec le conseil général sur le choix de l'emplacement de la future gare, (les trains partant tout de meme de la gare Midi), les travaux qui avancent trés rapidement grace a un relief particulierement facile, le seul ouvrage d'envergure sera le pont sur la Midouze, a la sortie de Mont-de-marsan, la ligne ouvrira le 6 juillet 1906, peu avant est crée une SA, la compagnie du chemin de fer d'interet local de Luxey a Mont-de-marsan, se substitue donc a Mr Ortal le 17 novembre 1906, les travaux d' établissement se montant a 2.176.759 francs or.

La ligne est exploitées comme les autres lignes des VFL, c'est a dire au moyens de deux allers-retours par jour de trains mixtes voyageurs marchandises, le voyage dure environ deux heures, avec les arréts, le chemin de fer se montre immédiatement trés rentable, mais la déclaration de guerre vien perturber ce bel ordre avec, la mise en place d'un service de guerre, moins de personnels, de combustibles .., novembre 1918, la paix est signé tout se remet doucement en place, contrairement aux lignes des VFL, le trafic des voyageurs ne connaitra pas d'intteruption, en 1939 trois autorails a  gazogéne sont livré a Mont-de-Marsan, ce qui permet de réduire grandement les temps de traajet, a partir de 1939 et la seconde guerre, la réduction du trafic automobile, permet une trés forte hausse du trafics voyageurs, trafic qui avait fortement diminue a  partir de 1925, mais en 1941 les autorité d'occupation réquisitionne une partie du LMM, car ces derniers ont établie un certain nombre de dépots de munitions le long de la ligne, ce qui va géner l'exploitation, mais aprés la guerre le trafic voyageurs recommence a baisser, ce qui entraine une baisse des circulations, finalement le trafic voyageurs cesse en 1955, on ne peut que déplorer la réusssite du projet de 193, prévoyant de relier Mont-de-marsan a Bordeaux avec emprunt des voies des CE de la gironde et SNCF, le trafic des marchandise cesse a son tour en 1959, et la ligne est déclassée le 25 juillet 1960. Toutefois, est maintenue jusqua l'aerodrome de Mont-de-marsan, une section de 4 kilométres, exploitée sous le régime d'embranchement particulier, tronçon qui fermera en 1964.

A l'ouverture de l'exploitation, le matériel n'ayant pas étè livré, la compagnie fit appel au "Midi", pour un pret de matériel, cette situation dura environ trois mois, le matériel livré consistaient en trois locomotives du type 030T, puis plus tard une quatriéme locomotives d'un type identique achetée d'occasion, 5 voitures voyageurs des trois classes, 20 wagons de marchandises (8 couverts, 12 plats), mais réguliérement des wagons de la compagnie du "midi", seront amenés a circuler sur le LMM,  a partir de 1939 ce seront trois autorails a gazogéne qui viendront moderniser l'exploitation, enfin en 1957, alors que la ligne est au plus mal, et soutenue par le budget départemental, un locotracteur "valermi" d'une puissance de 180 ch, arrive sur le réseau pour la traction des marchandises.

La ligne,a voie unique, et a écartement normal, est longue d' environ 37 Km, les principaux ouvrages d'art sont, un pont d'une longeur de 51,50 métres sur la midouze,un autre d'une dizaine de métres sur la N 132 et le pont sur l' estrigon a Labrit, le dépot de la compagnie est MDM St jean d'aout et enfin le trafic marchandises est principalement constitués de produit issus de la foret.

Les gares sont,Parentis-Uchacq Pk 10, Cére Pk 14, Brocas Pk 20, Labrit Pk 27, La halte de Le sen au Pk 33, Luxey

Le chemin de fer de Roquefort a Lencouacq,a l'écartement peu courant de 75 centimétres, du surement a l'opportunité d'achat de matériel d'occasion, est logue d'environ de 12 kilométres, est du a une initiative privée de Mr Ader désirant exploiter les produits de la foret, puis, a la demande du département s'ajoutera un service voyageurs, la ligne est concédée en février 1906, et dés la signature de la concession la compagnie des chemins de fer économiques-forestiers des landes se substitue a Mr Ader, les travaux demarrent trés vite, le tracé ne présentant aucune difficulté particuliére la ligne est ouverte a l'exploitation le 1e Octobre 1907, au début l'exploitation se fait au moyen de deux allers/retours quotidien et restera a peu prés  la meme jusqu'a la fin, a signaler la mise en services d'un trafic de guerre jusqu'en 1917, cette ligne comportant de nombreux arrets, presque un par Km,connait une bonne fréquentation mais les difficulté financiére aparaissent trés tot, pour que la ligne ferme dés 1934. A signaler, une ligne a voie de 60 centimetres aboutissant a la gare terminale de Lencouacq-jourets et venant d'une part de Petit-menjoulic, et d'autre part de la gare du Poteau et en tronc commun depuis "Jeancouet", cette ligne  en qualité de réseau industriel ne doit transporter que ses propres bois, mais pratiquant des tarifs plu bas, mais tres vite elle assure un transport de bois venant de privés, d'autant qu'elle est raccordé dés 1929 a la gare Midi du Poteau, cette ligne disparait au début des années 1940.

Le matériel comprenait deux petites locomotives 020T Orensteien et koppel, deux voitures voyageurs de 30 places chacunes et enfin 16 wagons de marchandises.

Les gares au nombres de trois étaient, Roquefort-midi Pk 0, Arue Pk 3,749, Lencoucq Pk 9,638, Lencouacq-jourets Pk 11,527 et une dizaine d'arret facultatif, le dépot de la compagnie etant situé a Roquefort.

 

Toutes ces lignes qui ont d'une maniére importante contribue au developpement de cette région quasi-désertique, a lui aussi quasiment disparu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

;

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×